Les 3 limites de l’instinct en musique

instinct

Salut à tous,

On a vu précédemment les limites que l’on rencontre à trop rationaliser la musique dans cet article sur les dangers du solfège.

 Aujourd’hui, on va voir que le fait de jouer de manière trop intuitive présente aussi des dangers pour votre progression.

L’instinct en musique, c’est primordial sauf que ça peut nous jouer des tours.

 

1- Le cerveau adore les habitudes et fuit la nouveauté

 La première chose, c’est de comprendre que notre cerveau (et plus précisément notre système nerveux) est un flemmard. Il va emprunter les circuits qu’il connaît pour nous faire gagner du temps et de l’énergie.

Dans tout processus d’apprentissage, on va commencer par décortiquer et rationaliser un mouvement afin de l’apprendre. Ensuite, on va le maîtriser et il va être mémorisé dans notre inconscient et libérer de la place à notre conscient pour apprendre de nouvelles choses.

Du coup, on va exécuter ses mouvements sans réfléchir. C’est le principe des habitudes.

Lorsque vous ouvrez une porte, vous n’avez pas besoin de réfléchir à comment l’ouvrir, lorsque vous marchez, vous ne réfléchissez pas à vos pas alors que tous petits, vous avez chuté à maintes reprises avant de réussir à vous dresser sur vos deux pieds.

Pour les plus motivés uniquement...

- Le matériel pour enregistrer tes premiers tubes !

- Les bases pour composer des instrus qui te ressemblent !

- Mes secrets d'écriture pour toucher ton public avec les mots !

 

Du coup, lorsque vous vous fiez uniquement à votre instinct, vous allez répéter les schémas que vous avez acquis précédemment et il se peut que dans le lot, vous ayez acquis de mauvaises habitudes.

Et même si vos habitudes sont bonnes, si vous jouez uniquement au feeling, vous ferez sans arrêt la même chose et ça va devenir monotone. Pour innover, il va falloir faire un effort conscient (et donc rationnel), avant de l’intégrer dans vos habitudes.

 

2- Des problèmes qui se répètent et un manque de recul pour les résoudre

 En suivant ce principe, les problèmes que vous allez rencontrer vont se répéter systématiquement.

Reprenons l’exemple de notre ami Guillaume, qui est le roi du feeling.

Il aura tendance à faire toujours la même rythmique lorsqu’il s’accompagne à la guitare et le jour où il voudra apprendre un morceau ternaire (rythme basé sur les 3 temps) il sera complètement perdu et il aura beaucoup de mal à lier son jeu de guitare avec sa voix.

 

Pareil lorsqu’il tombera sur un morceau qui a des accords qu’il ne connaît pas. Il les simplifiera par les accords qu’il connaît et au final ne progressera pas.

En effet, il n’y a rien de pire que de fuir la difficulté si vous voulez progresser.

C’est là qu’intervient la théorie ! La théorie permet de cibler avec exactitude le problème que l’on rencontre et de trouver une solution efficace.

 

Exemple :

Décortiquer le rythme ternaire lentement au métronome et analyser sur quels temps se place la rythmique de la guitare puis la voix.

 

Une fois que Guillaume aura fait ce travail, il s’habituera à ce nouveau rythme, la compétence passera au stade inconscient et il pourra à nouveau jouer au feeling, jusqu’à ce qu’un nouveau problème arrive.

 

3- L’insctinct en musique et le manque d’organisation

 Vous avez sûrement déjà entendu parler du stéréotype de l’artiste tête en l’air qui arrive tout le temps en retard à ses rendez-vous et qui se braque dès qu’on aborde ses problème de manière pragmatique.

– Bof… On Verra bien !

– Tu te prends trop la tête !

 

Sont ses phrases préférées.

Et bien ce stéréotype à son hémisphère droit très développé, ce qui fait de lui quelqu’un de créatif et de sensible (parfait pour être artiste) mais il renie son côté rationnel (hémisphère gauche) en le qualifiant de chiant.

Sauf que l’organisation est une qualité indispensable si vous voulez réussir dans ce métier et devenir un bon musicien. Votre ponctualité et votre rigueur seront très appréciées par vos collaborateurs.

En plus, votre côté pragmatique va vous permettre de vous fixer des objectifs précis et des deadlines claires.

 

Pour avoir un peu de bouteille en développement personnel derrière moi, je vous garantis que la précision avec laquelle vous visualisez vos buts fait une différence colossale dans votre réussite.

 

L’intuition et la théorie sont complémentaires ! Faites en sorte qu’ils travaillent main dans la main et vos atteindrez des résultats extraordinaires !

A Bientôt pour un nouvel article

Tom

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...[hcshort id="5"]

2 réflexions au sujet de « Les 3 limites de l’instinct en musique »

  1. bonjour Tom et bravo pour ton article les 3 limites de l’instinct en musique. C’est effectivement ce que j’expérimente dans ma pratique de la musique. Je joue de l’accordéon (en amateur), et j’adore improviser. Mais je me suis rendu compte que pour que mon inspiration puisse totalement s’exprimer, il lui fallait une structure. Sinon, ça partait dans tous les sens. Cette structure, c’est la grille des accords du morceau. Ainsi, désormais, la 1ère chose que je fais lorsque je veux improviser sur un morceau, c’est de rédiger de ma main la grille du morceau avec la suite des accords, et ensuite je travaille mes phrases et les mets en place…. pour mon plus grand plaisir. André

    • Merci pour ton retour André ! Tu peux aussi utiliser des grilles sur ordinateur avec des Logiciels comme I Real Pro par exemple ! Ce qui est génial c’est que tu peux transposer !

Laisser un commentaire

Avis aux plus Motivés !

Vous pouvez télécharger gratuitement mon guide sur la Composition Efficace et recevoir mes meilleurs conseils !